CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

Les 1892 de Lamure et Gidrol

Lorsque l’armée française reçoit ses nouveaux revolvers réglementaires à la fin de l’année 1892, les fabricants civils accusent le coup. Les versions civiles du revolver modèle 1887 qu’ils diffusent depuis deux ans sont soudain dépassées.

Le nouveau revolver produit à la Manufacture nationale d’armes de Saint-Étienne conserve le calibre 8 mm des armes d’essai, mais le modèle à bien changé.

Les évolutions techniques apportées au modèle de série touchent essentiellement le système d’ouverture du barillet qui bascule maintenant pour les opérations de chargement et de déchargement. Le percuteur indépendant, monté en série sur les carcasses des 1887 d’essai et de certains 92 à pompe, est définitivement abandonné au profit d’un percuteur oscillant monté sur le chien. Abandonnée aussi la pompe des modèles pré-réglementaires, remplacée par une portière latérale, qui n’est en fait qu’un gros verrou maintenant le barillet au sein de la carcasse. Ouverte, elle fait office de sécurité, bloquant le chien hors de portée du culot des cartouches et autorise le basculement du barillet hors de son logement, un barillet qui bascule sur la droite, à l’encontre des armes en service à l’époque. L’arme est splendide et les fabricants civils stoppent la production des versions commerciales du modèle 1887 pour basculer vers celle des 1892 civils.

Nos abonnements
L'abonnement vous offre l'accès à une bibliothèque d'œuvres en ligne. Celle-ci a vocation à s'accroître de façon régulière et continue. Vous trouverez ici, pour un investissement équivalent à un seul et unique ouvrage papier, une quantité d’informations inégalée et inédite à ce jour.

Offre de Lancement.

30.00€ par Année.

Pour nos premiers abonnés

45€ → 30€ !
Soit 2,5 € par mois
  • Accès à tous nos articles
  • Accès à tous nos livres
S'abonner

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Jean-Pierre Bastié

    Né en 1957, Jean-Pierre Bastié a eu sa première arme à l’âge de 12 ans, une carabine Diana à air comprimé avec laquelle il a tiré ses premiers cartons. Depuis son intérêt pour les armes n’a pas cessé. Il a été successivement chasseur, tireur, compétiteur aux armes anciennes puis collectionneur avant de fonder l’Académie des Armes Anciennes en 1987.
    Il collabore depuis plus de trente ans avec les rédactions de diverses revues françaises et étrangères spécialisées dans le domaine des armes. Chercheur infatigable il écume les archives (comme celles de Châtellerault, visible sur sa photo de présentation) depuis des lustres à la recherche de sources inédites.


    http://www.academie-des-armes-anciennes.com/

    error: Content is protected !!