CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

Le Rotovolver de Noël et Gouery

Le 6 mars 1865 Noël et Gouery font déposer par Lavialle, leur agent de brevet à Paris, un nouveau modèle de revolver auprès du ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux publics. Ce brevet, pris pour quinze ans, sous le N° 66493 protège la fabrication d’une arme étonnante passée à la postérité sous le nom de Rotovolver.

Un revolver plat

L’inventeur du Rotovolver est Sébastien Amédée Noël. Capitaine d’armement, armurier et inventeur à ses heures, Noël reprend sur cette arme le meilleur des travaux des américains Cochran et Porter, mais il réalise avec son arme un modèle particulièrement compact pour l’époque et d’un emploi relativement aisé.

L’arme souffre certes d’un manque de puissance du fait même de sa conception, mais sa capacité importante, portée à dix coups, séduit rapidement une clientèle friande de nouveauté.

Le Rotovolver est un revolver, mais un revolver original à barillet plat, à tourelle, qui présente la particularité de pivoter autour d’un axe perpendiculaire au canon et non parallèle à celui-ci comme généralement. Dans le cas présent, le canon tourne du haut vers le bas.

Cette originalité permet une construction simplifiée et un encombrement réduit si on le compare aux revolvers produits à l’époque.

Nos abonnements
L'abonnement vous offre l'accès à une bibliothèque d'œuvres en ligne. Celle-ci a vocation à s'accroître de façon régulière et continue. Vous trouverez ici, pour un investissement équivalent à un seul et unique ouvrage papier, une quantité d’informations inégalée et inédite à ce jour.

Offre de Lancement.

30.00€ par Année.

Pour nos premiers abonnés

45€ → 30€ !
Soit 2,5 € par mois
  • Accès à tous nos articles
  • Accès à tous nos livres
S'abonner

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Article précédent
    Jean-Pierre Bastié

    Né en 1957, Jean-Pierre Bastié a eu sa première arme à l’âge de 12 ans, une carabine Diana à air comprimé avec laquelle il a tiré ses premiers cartons. Depuis son intérêt pour les armes n’a pas cessé. Il a été successivement chasseur, tireur, compétiteur aux armes anciennes puis collectionneur avant de fonder l’Académie des Armes Anciennes en 1987.
    Il collabore depuis plus de trente ans avec les rédactions de diverses revues françaises et étrangères spécialisées dans le domaine des armes. Chercheur infatigable il écume les archives (comme celles de Châtellerault, visible sur sa photo de présentation) depuis des lustres à la recherche de sources inédites.


    http://www.academie-des-armes-anciennes.com/

    error: Content is protected !!