CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

Le pistolet MAB P15 «Compétition»

Certaines armes postérieures à la seconde guerre mondiale, dont la fabrication a cessé depuis plusieurs décennies, font presque aujourd’hui figure de pièces de collection. Si leurs performances les classent sans ambiguïté dans la catégorie des armes contemporaines, on sait toutefois que leur fabrication ne pourra jamais être reprise à l’identique pour la même raison qui la fit jadis interrompre : le prix !

Certains tireurs les qualifient « d’armes mythiques », sans doute parce que, si tout le monde en a entendu plus ou moins parler, bien plus rares sont ceux qui ont eu le privilège de pouvoir les examiner et les essayer, voire même de les posséder. C’est dans cette catégorie que l’on peut sans la moindre hésitation classer le pistolet MAB P15 « Compétition ».

Histoire et développement

Fondée en 1920 par Léon Barthe dans le pays basque français, la Manufacture d’armes de Bayonne (en abrégé MAB) était une entreprise privée, même si son appellation abrégée (MAB) pouvait faire croire qu’il s’agissait d’une manufacture d’armes d’état (comme la MAS – Manufacture d’Armes de Saint-Étienne, la MAT – Manufacture d’Armes de Tulle, ou la MAC – Manufacture d’Armes de Châtellerault).

La MAB prospéra entre les deux guerres en fabriquant des pistolets de défense en calibre 7,65 et 6,35mm. Elle atteignit son apogée en mettant sur le marché le fameux MAB D en calibre 7, 65 mm, qui fut abondamment utilisé par les administrations françaises (Police, douanes, feux et forêts etc.) et que l’entreprise dut même continuer à fabriquer pendant la seconde guerre mondiale sous le contrôle de l’occupant.

Après 1945, la fabrication du MAB D se poursuivit allègrement, toujours au bénéfice des forces de police, de la marine nationale, mais aussi des particuliers désireux d’acquérir une arme de défense simple et robuste.

Comme toute entreprise armurière dynamique, la MAB explora les possibilités de créer un pistolet susceptible d’intéresser les armées.

La première tentative porta sur le MAB Modèle R en calibre 7,65 mm long (Photo 1). Doté d’un chien extérieur, d’un arrêtoir de culasse en fin de chargeur et dépourvu de sécurité de poignée, l’arme répondait assez bien aux caractéristiques souhaitées par l’armée française. La décision d’adopter le pistolet-mitrailleur MAT modèle 1949 en calibre 9 mm Parabellum, mit fin à tout espoir d’adoption officielle d’une arme de poing en calibre 7,65 mm Long, notre armée ayant décidé avec bon sens que l’unité de munitions devait être de règle entre le PM et le pistolet. L’abandon progressif de la cartouche de 7,65 mm Long et l’adoption du pistolet semi-automatique MAC modèle 1950 mirent fin au projet.

Nos abonnements
L'abonnement vous offre l'accès à une bibliothèque d'œuvres en ligne. Celle-ci a vocation à s'accroître de façon régulière et continue. Vous trouverez ici, pour un investissement équivalent à un seul et unique ouvrage papier, une quantité d’informations inégalée et inédite à ce jour.

Offre de Lancement.

30.00€ par Année.

Pour nos premiers abonnés

45€ → 30€ !
Soit 2,5 € par mois
  • Accès à tous nos articles
  • Accès à tous nos livres
S'abonner

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Luc Guillou

    Luc Guillou, 67 ans, a servi jusqu’en 2011 comme médecin dans la marine nationale française où il était spécialisé dans la médecine de la plongée. Aujourd’hui en retraite, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles principalement consacrés aux armes des deux guerres mondiales. Il pratique régulièrement le  tir sportif aux armes anciennes et a été le vice-président de l’union française des amateurs d’armes (UFA) jusqu’en 2020.

    error: Content is protected !!