CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

La Mitrailleuse H.D.H.

Au début du XXe siècle, l’avènement du pistolet automatique a un retentissement considérable sur le marché de l’arme de poing. Prometteur pour les uns, cet évènement annonce des jours sombres pour les autres.

En Europe et en Belgique plus particulièrement, l’arrivée des automatiques a des effets contraires sur la prospérité des fabricants. De nouvelles firmes voient le jour, d’autres accroissent de façon conséquente leur potentiel industriel, grâce à l’engouement du public pour ces nouveaux produits. Mais à l’inverse, les grandes maisons spécialisées dans la fabrication de revolvers commencent à souffrir de la désaffection du public pour leurs armes de poing.

Pistolet vs. Revolver

Pistolets et revolvers ont chacun leur spécificité‚ et ce qui est vrai aujourd’hui l’était déjà au début du siècle dernier, lorsque les tenants du revolver jetaient à la face de leurs adversaires le manque de fiabilité des automatiques et leur dangerosité potentielle entre des mains inexpérimentées. De la même façon, les défenseurs du pistolet opposaient à leurs concurrents la faible capacité des barillets et le manque de puissance de feu des cartouches de revolvers, nées à la fin du XIXème siècle.

Loin de cette guerre entre industriels, le public se tourna rapidement vers la modernité, à l’instar de plusieurs grandes puissances européennes qui choisirent le pistolet dès qu’il fut jugé assez fiable pour être adopté.

Quelques années avant la Première Guerre Mondiale, le pistolet automatique l’emporte pratiquement partout en Europe, sur le revolver. Cette tendance, amorcée sur le marché civil au début du siècle, s’amplifie rapidement et condamne les fabricants de revolvers à s’adapter ou à disparaître. Certains disparaissent, d’autres s’ouvrent à la fabrication d’automatiques, seuls quelques-uns tentent avec plus ou moins de bonheur d’inverser la tendance.

Lutter contre un nouveau concept n’est pas chose facile, surtout lorsqu’il a déjà séduit un vaste public. Pour rendre les revolvers plus attrayants aux acheteurs d’armes portatives, les fabricants continentaux se livrent à divers artifices. On voit tout d’abord apparaître, en Espagne et en Belgique, toute une gamme de revolvers de poche aux formes anguleuses, qui conservent leurs barillets, mais reçoivent un habillage emprunté aux pistolets. Certaines de ces armes portaient d’ailleurs dans la poignée une petite réserve de cartouche afin d’approvisionner rapidement le barillet. Mais ces pauvres artifices sont sans effet sur le marché. Il faut aller plus loin, surprendre la clientèle et susciter son intérêt pour de nouveaux modèles.

Dans le contexte de l’époque, c’est une véritable gageure et tous les fabricants, de Liège à Eibar, renoncent à relever le défi. Tous ou presque car à Liège, la maison H.D.H. prend le projet à bras-le-corps.

Nos abonnements
L'abonnement vous offre l'accès à une bibliothèque d'œuvres en ligne. Celle-ci a vocation à s'accroître de façon régulière et continue. Vous trouverez ici, pour un investissement équivalent à un seul et unique ouvrage papier, une quantité d’informations inégalée et inédite à ce jour.

Offre de Lancement.

30.00€ par Année.

Pour nos premiers abonnés

45€ → 30€ !
Soit 2,5 € par mois
  • Accès à tous nos articles
  • Accès à tous nos livres
S'abonner

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Jean-Pierre Bastié

    Né en 1957, Jean-Pierre Bastié a eu sa première arme à l’âge de 12 ans, une carabine Diana à air comprimé avec laquelle il a tiré ses premiers cartons. Depuis son intérêt pour les armes n’a pas cessé. Il a été successivement chasseur, tireur, compétiteur aux armes anciennes puis collectionneur avant de fonder l’Académie des Armes Anciennes en 1987.
    Il collabore depuis plus de trente ans avec les rédactions de diverses revues françaises et étrangères spécialisées dans le domaine des armes. Chercheur infatigable il écume les archives (comme celles de Châtellerault, visible sur sa photo de présentation) depuis des lustres à la recherche de sources inédites.


    http://www.academie-des-armes-anciennes.com/

    error: Content is protected !!