CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

Le fusil Gustloff Volkssturmgewehr

Au début de 1945, apparut aux mains des combattants Allemands du Volkssturm, (unité combattante constituée de vieillards et de gamins armés en hâte pour essayer d’endiguer l’avancée des Anglo-américains à l’ouest et du rouleau compresseur soviétique à l’est) toute une série d’armes dites « de nécessité ». Ces armes étaient construites de manière très simple dans des usines d’armement en ruine ou assemblées à partir de pièces détachées fabriquées en sous-traitance par des ateliers de mécanique dont la fabrication d’armement n’était pas la spécialité. C’est ainsi que des combinats aéronautiques et maritimes comme Blohm und Voss à Hambourg ou des fabricants de coutellerie célèbres comme Karl Eickorn à Solingen ont produit des pistolets-mitrailleurs simplifiés plus ou moins inspirés de la STEN  britannique, ou encore que des firmes comme Erma ont conçu un pistolet-mitrailleur en 9×19 mm, le EMP-44 (à ne pas confondre avec le StG-44) principalement réalisé en tubes soudés.

Le contexte

Le temps passant, la situation se détériorant, nécessité devint loi ; l’ingéniosité des responsables de la production industrielle allemande sous l’impulsion du ministre de l’armement Albert Speer atteignit alors son paroxysme. Si cet exploit n’avait pas été possible sans l’emploi d’une main-d’oeuvre d’esclaves constitué par des déportés, on pourrait regarder les créations de cette période comme exemplaires à bien des égards.

L’usine Gustloff Werke à Weimar au centre de l’Allemagne avait une grande expérience en matière d’armement puisqu’elle était issue du démantèlement de l’usine Simson. Celle-ci était spécialisée dans les années 1925-1930 dans la fabrication de P.08 et avait produit pendant la Première Guerre mondiale des fusils Gewehr 98 en grand nombre dans son usine de Suhl.

Un des responsables de Gustloff, l’ingénieur Karl Barnitzke avait mis au point durant la Deuxième Guerre mondiale un fusil d’assaut simplifié tirant la mythique cartouche de 7,92×33 Kurz dévolue au Sturmgewehr : le MP507. En novembre 1944 son arme fut soumise à l’approbation d’Adolf Hitler qui, voulant tout contrôler, s’empressa de la rejeter car faisant double emploi avec le Sturmgewehr 44. Il fallut attendre Janvier 1945 pour que la production de l’arme soit relancée en version simplifiée (dépourvue du mécanisme de tir en rafale) pour doter le Volkssturm. Néanmoins, l’arme aurait dû être dotée d’un chargeur limité à 10 coups sur ordre express du Führer qui considérait sans doute que sa milice populaire n’avait pas une espérance de vie supérieure au temps nécessaire pour vider le chargeur ; de toute façon la production de cartouches de Sturmgewehr n’était déjà plus suffisante pour les besoins de l’armée.

Nos abonnements
L'abonnement vous offre l'accès à une bibliothèque d'œuvres en ligne. Celle-ci a vocation à s'accroître de façon régulière et continue. Vous trouverez ici, pour un investissement équivalent à un seul et unique ouvrage papier, une quantité d’informations inégalée et inédite à ce jour.

Offre de Lancement.

30.00€ par Année.

Pour nos premiers abonnés

45€ → 30€ !
Soit 2,5 € par mois
  • Accès à tous nos articles
  • Accès à tous nos livres
S'abonner

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Gilles Sigro-Peyrousère

    Armurier diplômé de l'école de d'Armurerie de Saint-Étienne, Gilles est avant tout un passionné d'histoire, d'armes et de militaria. Armurier à son compte depuis plus de 30 ans, Expert près la Cour d'Appel de Toulouse en armes anciennes, il expertise de nombreuses collections pour des ventes aux enchères partout en France.

    error: Content is protected !!