CHARGEMENT
keyboard_arrow_right

Type to search

CZ 457 et châssis SDS Précision : un tandem pour le tir long distance en .22LR

Voici près d’une décennie que nous suivons le développement de cette gamme de châssis pour carabines .22 LR dédiées au tir de précision : des premières idées « à main levée » jusqu’aux plans de production. Nous avons eu de nombreux exemplaires entre les mains, ayant pu tester in vivo la quasi-totalité des variantes.

Une réponse à un besoin non exprimé…

L’armurerie SDS a été créée par Jean Paul SAPE qui est également co-fondateur du site LAI Publication où vous lisez cet article. Cet établissement propose en plus de son activité d’armurerie traditionnelle et de ses fabrications spéciales pour les utilisateurs civils comme professionnels, des prestations de customisation ou de restauration sur des armes modernes ou anciennes. Ses gammes de châssis .22 LR font aujourd’hui partie des références en la matière. Le marché a évolué ces dernières années : si on remonte début des années 2010, il n’y avait pas ou peu de châssis pour les carabines .22 LR. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La majorité des grands fabricants ont développé ou adapté des crosses, dynamisant le marché. Les avantages des châssis SDS résident dans une élaboration soignée, parfaitement adaptée à l’arme et surtout modulaire dès le premier modèle mis sur le marché.

La conception du châssis a été réalisée en CAO (Conception Assistée par Ordinateur). Les prototypes et les productions de série sont usinés par un sous-traitant de l’industrie aéronautique Toulousaine. Ce prestataire est habitué aux contraintes et aux exigences de ce secteur industriel de pointe, garantissant un produit de haute qualité. Les éléments sont issues de blocs d’aluminium aviation et usinés sur des machines CNC (« Computer Numerical Control » soit Commande Numérique par Ordinateur). Ce processus de fabrication assure un produit sans défaut et une interchangeabilité totale de toutes les pièces. Nous sommes donc sur une production « Made In France », une chose pas si évidente de nos jours à cause des exigences des tireurs en matière de prix final, souvent difficile à accorder avec les quantités produites, incomparables avec celles des grandes marques et du marché outre-Atlantique…

C’est lors d’une compétition en «.22 LR Extreme Long Range» ou « .22 ELR » (comprendre ici, de tir à la .22 LR jusqu’à 500 m) organisée dans le Sud-Ouest de la France que nous avons « redécouvert » la nouvelle gamme de solutions SDS autour de la mécanique de la CZ 457. Avec des cibles placées de 200 à 500 m, il s’agit d’une réelle performance pour la petite cartouche de .22 LR. Outre les qualités des duos tireurs et observateurs, cette compétition a mis en évidence la prédominance des productions CZ : 63% des armes étaient des carabines de la marque tchèque (452, 455 ou 457), le ratio étant de 80% sur les 10 finalistes ! Bon sang ne saurait mentir. Le succès de telles compétitions de Tir Longue Distance (TLD) en .22 LR est quelque chose de très positif : cette cartouche à longue distance nécessite de réelles compétences de tir, de balistique et de lecture du vent. Les résultats sont très impressionnants. Pour anecdote, je me remémore ici la discussion avec un tireur sportif qui m’assurait il y a quelques années que le .22 LR n’avait aucun intérêt au-delà des « 50 m du pistolet libre » ! Si des carabines équipées de montures « classiques » sont utilisées dans ces épreuves avec de bons résultats, force est de constater que les châssis sont surreprésentés. À noter que lors du « Prince Of .22 LR » de 2021 organisée par le stand de tir « Coriolis System » dans les Landes (France), une carabine CZ 455 montée sur un châssis SDS d’ancienne génération à obtenue la 3ème place du podium. De même, au concours .22 ELR organisé par le stand de tir de Montagnol en 2022, ces châssis ont remporté la deuxième et la troisième place avec des tireurs SDS…

La mécanique CZ 457

Apparue récemment sur le marché, la CZ 457 a apporté de réelles avancées dans la gamme. Le boîtier de culasse de la CZ 457 est plus fin et esthétique que celui de la CZ 455 : il n’est plus cylindrique et comporte des faces planes sur les flancs. L’une des principales modifications réside dans la présence d’une butée de culasse positionnée à l’arrière gauche du boîtier. Il n’est donc plus nécessaire d’appuyer sur la détente pour extraire la culasse! Nous adresserions cependant une petite critique concernant ce boîtier : CZ a fait le choix de conserver des rails de montage optique en 11 mm alors qu’un rail Picatinny nous aurait paru tout indiqué. Ce point « bloquant » pour certain montage de lunettes se résout par l’installation en option d’un rail Picatinny (disponible, évidemment, chez SDS). Pour se faire l’avocat du diable et penser ici contre nous-mêmes, on notera cependant que la vocation de la carabine CZ 457 ne réside pas uniquement ce type de tir : la .22 LR reste à la base une carabine « de jardin » ou « de loisir » où le rail de 11 mm prend tout son sens pour une bonne partie des lunettes dédiées à cet usage.

La détente a aussi été revue et corrigée : jadis non réglable, directe et parfois lourde, la nouvelle mouture permet des réglages de la course de 0,5 à 5 mm et du poids de départ de 900 à 1500 g. Un levier de sécurité est désormais positionné à l’arrière droit du boîtier : à portée de l’index. Il ne condamne plus l’ouverture de la culasse lors de son activation. CZ rompt ainsi avec le traditionnel levier à 2 positions, très inspiré du système Mauser, qui était monté sur la partie arrière de culasse.

Le canon est martelé à froid et comporte 6 rayures droitières au pas de 420 mm. D’un profil « lourd » sur les armes proposées par SDS, il a un diamètre fort respectable de 22 mm pour une longueur de 525 mm. Un canon à silencieux intégré,  issu du même canon et gardant son aspect et ses dimensions est à l’étude chez SDS et devrait voir le jour fin 2022. Le canon est démontable comme sur le modèle CZ 455. Il est inséré dans le boîtier puis verrouillé par deux vis agissant en diagonale pour un calage parfait. Selon les arrivages, la bouche peut être filetée (au classique 1/2″ 20 TPI) pour recevoir un modérateur de son ou un frein de bouche « aussi inutile qu’indispensable »…ce dernier agissant potentiellement comme un « tuner » de canon et non comme un frein de bouche dans ce calibre, convenons-en ! Notons qu’il est possible, quand l’arme n’est pas filetée de série, de faire réaliser cette modification chez SDS.

La culasse aussi a été repensée : plus courte que l’ancienne, elle se déverrouille et s’arme par un mouvement de 60° contre 90° sur les gammes précédentes. Outre un gain en rapidité d’action, le plus faible débattement permet d’installer les optiques au plus près du boîtier avec notamment des oculaires plus imposants. Le percuteur a également été allégé de 60% limitant ainsi des perturbations à la percussion préjudiciables à la précision, l’action est également plus rapide. Un indicateur d’armement fait saillie à la noix de culasse : visible et tactile, il est parfaitement pensé. Deux extracteurs sont disposés de part et d’autre de la tête de culasse, l’éjecteur restant porté par le boîtier.

Le chargeur employé est le « classique » de la marque, compatible avec les CZ 455 et 452. En matière synthétique, il est malgré tout très solide. Une cale à l’arrière du couloir d’alimentation permet de libérer de l’espace pour accueillir un chargeur adapté au .22 Magnum ou au .17 HMR, possibilité offerte par le changement de canon.

Les châssis SDS Précision

Disponible pour CZ 457, mais aussi Tikka T1X et Sako Quad, les châssis SDS Précision sont construits autour de 3 éléments : la crosse, la partie centrale et le fût. La combinaison de ces 3 éléments permet à la fois de concevoir un châssis proche des désidératas du tireur, mais leur garantit aussi une évolutivité et une compatibilité entre l’ensemble des éléments existant sur n’importe quel modèle de châssis SDS. Chacun de ces éléments est donc toujours usiné à partir d’un bloc d’aluminium aviation 7075. La production est réalisée avec le même sérieux que les productions aéronautiques et avec ses contrôles matières et qualité. La poignée pistolet est fixée sur le bloc pontet, l’ensemble se fixant par 2 vis BTR sur la partie centrale. La poignée est au standard AR, le choix est donc extrêmement vaste en option de remplacement pour s’adapter aux besoins de chacun. Précisons ici que quelques types poignées devront demander un léger ajustage, le châssis ne reprenant pas le « busc » arrière d’un lower d’AR-15.

D’une esthétique plus dirigée sur le look tactique que le châssis précédemment conçu pour la CZ 455, celui-ci accueille parfaitement le boîtier de culasse grâce à sa conception précise. Des usinages latéraux accentuent son esthétique originale. La fixation du châssis utilise les mêmes emplacements que les vis d’origine : ainsi le boîtier de l’arme ne nécessite aucune modification. Il peut donc être remis en configuration initiale sur une crosse standard. Notons ici que les vis qui maintiennent la mécanique sont serrées au couple et celles assurant l’assemblage des différents modules du châssis sont collées à la demande pour assurer une parfaite tenue dans le temps. Le démontage de ces dernières n’est pas nécessaire pour l’entretien de l’arme.

Le fût est réalisé avec un large passage pour le canon. Celui-ci est bien évidemment flottant évitant toute perturbation du régime vibratoire. La production s’adaptant à l’air du temps, les filetages M5 présents sur ses flancs et sa base, qui permettent l’installation de rails additionnels de type Picatinny, cède leur place sur les dernières production à des interfaces M-LOK. Un adaptateur ARCA (interface prismatique sans butée) peut également être monté sous le garde-main pour s’adapter à de nouvelles techniques de tir. Il se décline désormais en version « standard » et « XL », une version plus longue qui permet notamment l’installation du bipied très en avant.

Deux versions de crosses sont disponibles : l’AMC et la LPDC.

La crosse AMC emploie une interface cylindrique (dont le diamètre est celui d’un tube de crosse d’AR-15) se fixant sur la partie centrale. Cette interface permet l’installation d’un module de crosse « acheté sur étagère » Ce module de crosse sélectionné par SDS est à la fois économique et efficace. Parfois qualifié « d’airsoft » sur certains réseaux sociaux, il se trouve monté sur bien d’autres productions comme, par exemple, les châssis « VUDOO XLR Element » fabriqués aux États-Unis et qui affiche un prix de vente de plus de 2500 $ ! Cela fait réfléchir sur les prix de châssis SDS…

La crosse LPDC est intégralement usinée dans un très gros bloc d’aluminium 7075 par le sous-traitant usinant déjà toutes les pièces du châssis. Celle-ci est issue d’une longue réflexion menée en partenariat avec des tireurs sportifs exigeants. Si elle reprend certaines caractéristiques des crosses déjà connues, elle a été dessinée et réalisée dans l’optique de la compétition et du 22 ELR. Elle dispose d’un appui-joue et d’une longueur réglable avec précision via des molettes, une embase Picatinny inférieure (en option) pour l’installation d’un monopod et une vraie ergonomie assurant un placement idéal de la main faible ou d’un sac de sable. Toutes les pièces composant cette crosse sont usinées dans la masse afin de placer ce châssis dans les hauts de gamme des châssis commercialisés. L’ensemble de toutes ces pièces en font une crosse d’une masse inhabituelle qui « assoie » l’ensemble de l’arme dans le creux de l’épaule avec une impressionnante stabilité.

Les châssis SDS Précision reçoivent un traitement Cerakote™ en coloris Sniper Grey de série. Il est cependant possible d’obtenir une finition personnalisée sur commande ! Là aussi, tout est possible pour le bonheur des tireurs et de l’armurier ! Le traitement Cerakote™ est maintenant très connu : il fait probablement partie de ce qui se fait de mieux en ce moment. Cette finition présente l’avantage d’être extrêmement résistante à l’abrasion et aux chocs tout en amenant un vrai plus esthétique avec sa large gamme de couleurs.

La variation de ces modules donne 4 versions de base du châssis SDS Précision :

  • Châssis avec crosse LPDC et fût XL
  • Châssis avec crosse LPDC et fût standard
  • Châssis avec crosse AMC et fût XL
  • Châssis avec crosse AMC et fût standard

Si vous ajoutez à cela les possibilités de customisation (canons, poignées pistolet, rails, optiques…), vous avez ici de quoi construire l’arme de vos besoins et de la faire évoluer avec votre pratique du tir ou vos envies !

Selon le modèle, la carabine mesurera approximativement 970 mm en fonction des options et réglages de crosse et pèse près de 3,9 kg hors optique et accessoires.

Parmi les customisations proposées par la société SDS pour la CZ 457, on notera la possibilité de remplacer les leviers de culasses traditionnels par des modèles étudiés facilitant la préhension et l’action. Ces leviers sont en acier avec finitions bronzées. Leurs masses, et donc leurs inerties dans le mouvement, facilitent la manipulation rapide de la culasse.

Nos essais

Nous avons profité d’un stage de TLD sur le stand de tir TLD700 de Montagnol (offrant des possibilités de  tir de 200 jusqu’à 700 m) pour nous réserver une après-midi entière à reproduire les phases de qualification du Prince of .22 LR, à savoir des tirs entre 200 et 320 m sur cibles métalliques de 30 cm de côté. Les résultats nous ont impressionnés de facilité et il n’en faudrait que peu pour se lancer dans les qualifications d’un 22 ELR!

La société SDS nous a mis à disposition 4 variantes de ces productions du moment, pour nous permettre de nous faire une idée de l’évolution et des possibilités de la gamme. Une de ces armes a été préparée et modifiée par Florentin le chef d’atelier chez SDS. Les tirs ont principalement été réalisés sur bipied ACC-TAC ou UTG modifié en tests, avec ou sans modérateur de son (SAK) et avec une optique Leupold VX-31 LRP 6.5-20×50. Cette optique de haute qualité présente des réglages et repères en milliradian (mrad), un large champ de vision ainsi qu’une très grande netteté.

Sur l’ensemble de la gamme, les différents tireurs présents sur ce stage de tir ont rapidement trouvé leurs repères. Les réglages sont intuitifs et précis, avec des armes de près de 4,6 kg en ordre de tir, la stabilité de l’ensemble est excellente dans l’exercice pratiqué. L’action de la CZ 457 ne souffre d’aucune critique : souple, fiable, avec un départ très marqué et d’excellente qualité.

Différentes munitions ont été sélectionnées, en partie par l’observation de celles employées en 22 ELR.

  • SK Long Range 40 grains : V0 mesurée à environ 340m/s.
  • CCI Blazer 40 grains : V0 mesurée à environ 350m/s, moins régulière que les SK Long Range.
  • CCI Stinger 32 grains : V0 mesurée à environ 500m/s, régulière mais moins propice à la longue distance.
  • RWS Target Match 40 grains : V0 mesurée à environ 330 m/s, une référence en la matière.

En premier lieu avant de se lancer dans la « longue distance » en .22 LR, il convient de rédiger un abaque de tir, potentiellement à l’aide de quelques calculateurs balistiques. Ceci est nécessaire afin de s’assurer que l’optique équipant l’arme sera compatible avec ces corrections en amplitude de réglage ou à minima que le réticule permettra le cas échéant de compenser encore la flèche du projectile. À titre d’information, sur les SK Long Range, les corrections sont de 6 mrad à 200 m, 14,5 mrad à 320 m et 20 mrad à 400 m…soit 8 mètres à cette distance ! Bien évidemment, il également possible d’envisager ici l’utilisation d’un rail penté ou de tout autre montage permettant de prendre en compte cette problématique.

À 200 m, les gongs sont immanquablement « pokés », avec une perception bien audible (et ludique) de l’impact, le jeu est rapidement lassant et les distances s’allongent. Jusqu’à 320 m (soit 350 yards, la dernière distance de qualification en Prince of .22 LR), un tireur moyen assure quasiment un impact à chaque tir dans la cible, avec un temps de vol permettant de bien attendre le retour du son de l’impact… Notre meilleur groupement à cette distance avec les SK Long Range est de 15 x 15 cm, soit environ 1,5 MOA, prometteur sachant que nous n’avions jamais pratiqué à ces distances et qu’un vent arrière venait de temps à autre perturber les tirs. Nous noterons lors de cette cession de tir que l’utilisation d’un modérateur de son ne nuit pas significativement aux groupements à 300m et plus ! Il est tout de même nécessaire de le nettoyer dès que les impacts s’écartent trop : sa masse varie avec l’encrassement, ce qui modifie sensiblement le régime vibratoire.

Nos derniers tirs de la journée ont été portés à 400 m, distance où la présence d’un observateur est une réelle nécessité. Cette barrière des 400 m permet de mesurer les performances sportives des tireurs de cette discipline : tout devient plus complexe à gérer. Néanmoins, quelques tirs au but ont été enregistrés, suite à quoi nos dernières munitions ont été destinées à des pierres présentes sur la butte de tir afin de visuellement pouvoir annoncer les impacts.

C’est sans surprise que nous attendions de hautes performances de cette nouvelle gamme de châssis SDS Précision : l’opportunité de tirer loin, voire très loin dans ce calibre nous a conforté dans notre appréciation. S’adressant à un large public, de loisir mais également de sportifs et compétiteurs accomplis, le nouveau châssis SDS Précision tient toutes ses promesses. Outre ses qualités, la polyvalence et le choix des configurations disponibles permettent aux tireurs de concevoir l’arme la plus en adéquation avec ses attentes et pratiques.

Ajoutons enfin que le TLD en .22 LR est réellement addictif et formateur : s’y essayer, c’est l’adopter !

Évolutivité de solution SDS

Comme vu, l’équipe SDS a à cœur de développer ses produits dans un souci d’évolutivité et de compatibilité avec les produits déjà existants. Ainsi, devant le succès de la production actuelle, la gamme des châssis SDS verra arriver une version adaptée au montage de la mécanique d’une CZ 452 ou 455, afin que les propriétaires de ces armes puissent les « upgrader » selon leurs envies.

Nous avons personnellement expérimenté cette volonté de l’équipe avec notre CZ 455, montée sur un châssis d’ancienne génération avec un garde-main de type AR-15 slim. Ayant eu la primeur de tester au tir la crosse LPDC, nous avons réellement été impressionnés. Ainsi, nous avons demandé à la faire monter sur notre propre carabine, à l’occasion d’un passage chez SDS. En plus de cette crosse LPDC, nous en avons profité pour faire installer une détente Match « Flyweight » et faire appliquer un nouveau revêtement : un Cerakote « Midnight Bronze ». Une actualisation qui remet notre arme dans des standards supérieurs et en augmente clairement les capacités. Cette adaptation a donc été réalisée par l’armurerie SDS, les opérations de démontage des modules de crosse demandant une expérience incontournable. N’hésitez pas leur demander conseil, l’équipe sera heureuse de vous renseigner.

Notre expérience personnelle souligne l’interchangeabilité des pièces pour ceux qui possèdent déjà un châssis SDS et qui voudraient le faire monter en gamme… Une fois encore, tout est possible…ou presque !

En conclusion

Comme évoqué plus précédent, une des armes testées a bénéficié du prototypage de Florentin, pilier de l’armurerie et collaborateurs de Jean Paul Sape. Florentin a créé une interface en prise sur le fût et permettant l’installation d’un bipied UTG de type pendulaire. Ce bipied de qualité est dans les faits le seul modèle disponible (au moment où nous écrivons ses lignes) sur le marché permettant cette adaptation. On retrouve ainsi un confort exemplaire pour le tir, la carabine étant « suspendue » sous le bipied. L’amplitude de débattement et la résistance sont réglables par une commande sur le bloc fixation du bipied. À ce stade il s’agit d’un prototype, validé à l’usage… Il devrait prochainement être repensé et modifié dans le but d’une production de série. Ce type de travaux nous permet d’espérer un avenir radieux pour cette gamme de produits dans une armurerie toujours à l’écoute du besoin des tireurs.

Julien Lucot

Remerciements

Jean Paul Sape, Florentin et Adrien.

http://sds-armurerie.fr/

Pour le prêt de l’optique :

http://www.ste-sidam.fr/

Merci à Rémi, Vincent et Liliane, Philippe et toute l’équipe du TLD Montagnols pour leur accueil chaleureux et leur concours.

    Ne manquez plus rien, vous serez averti par mail de la sortie de nos articles !

    *Nous aussi nous détestons les spams

    Article précédent
    Julien Lucot

    Julien Lucot est amateur d'armes éclairé et un tireur Français qui à écrit de nombreux articles dans la presse française des armes à feu. Enthousiaste et ouvert d'esprit, sa soif de découverte n'a d'égale que sa joie de partager.

    error: Content is protected !!